Lot 9

Charles CAMOIN (1879-1965)

Le port de Marseille, circa 1905

Huile sur toile
Signé Ch CAMOIN en bas à gauche
Nous avons réalisé un nettoyage de l'oeuvre sur 3 petites "fenètres" de 2x2 cm.
Visible sur les dernières photographies
Camoin, Matisse et Marquet forment au tournant du siècle le trio qui entre couleur et perspective changea la vision picturale du monde.
Camoin a besoin pour peindre d’être encouragé, conforté et soutenu par les siens et ses amis, aussi lorsque les dépressions et autres crises sentimentales l’affectent trop c’est auprès de Marquet à Collioure ou de Matisse à Tanger qu’il trouve la quiétude.
Camoin écrit à Matisse « La courbe, les amours, tu sais bien que je suis en train d’en revenir, si je n’en suis pas tout à fait revenu …. »
C’est à ce moment-là que dans une crise de désespoir à la suite de sa rupture avec Emilie Charmy , il détruit les soixante ou quatre-vingts toiles se trouvant dans son atelier parisien.
Certains de ces tableaux scarifiés et restaurés furent après quelques détours acquis fort cher par les Ganay, et un fameux Port de Marseille par la famille de Rothschild.
Notre « Port de Marseille »fait partie de cette série, et si la restauration d’époque laisse la cicatrice apparente de la douleur de l’artiste, elle permet d’ouvrir un pan d’histoire de l’art .

H: 65.0 x L: 81.0 cm

Estimation : 40 000 € - 60 000 €

  • Informations détaillées
  • L'auteur
  • Comment enchérir ?

Charles CAMOIN (1879-1965)

Le port de Marseille, circa 1905

Huile sur toile
Signé Ch CAMOIN en bas à gauche
Nous avons réalisé un nettoyage de l'oeuvre sur 3 petites "fenètres" de 2x2 cm.
Visible sur les dernières photographies
Camoin, Matisse et Marquet forment au tournant du siècle le trio qui entre couleur et perspective changea la vision picturale du monde.
Camoin a besoin pour peindre d’être encouragé, conforté et soutenu par les siens et ses amis, aussi lorsque les dépressions et autres crises sentimentales l’affectent trop c’est auprès de Marquet à Collioure ou de Matisse à Tanger qu’il trouve la quiétude.
Camoin écrit à Matisse « La courbe, les amours, tu sais bien que je suis en train d’en revenir, si je n’en suis pas tout à fait revenu …. »
C’est à ce moment-là que dans une crise de désespoir à la suite de sa rupture avec Emilie Charmy , il détruit les soixante ou quatre-vingts toiles se trouvant dans son atelier parisien.
Certains de ces tableaux scarifiés et restaurés furent après quelques détours acquis fort cher par les Ganay, et un fameux Port de Marseille par la famille de Rothschild.
Notre « Port de Marseille »fait partie de cette série, et si la restauration d’époque laisse la cicatrice apparente de la douleur de l’artiste, elle permet d’ouvrir un pan d’histoire de l’art .

H: 65.0 x L: 81.0 cm

Estimation : 40 000 € - 60 000 €

Etat :

Ancien accident restauré . Deux grandes traces de déchirures ( restaurées) horizontales et verticales.

Expositions / bibliographie :

Cette oeuvre sera incluse dans le catalogue raisonné des peintures actuellement en préparation par les Archives Camoin.


CAMOIN Charles (1879-1965)

Originaire de Marseille, Charles Camoin suit des cours de dessin à l’école des Beaux-Arts de la ville alors qu’il se destine plutôt au commerce. En 1896, à l’âge de 17 ans, il reçoit un « premier prix de figure » ce qui le décide à poursuivre dans la voie artistique. En janvier 1898, il s’installe à Paris avec sa mère et est admis dans l’atelier de Gustave Moreau où il rencontre Matisse, Marquet et Manguin. Mais en avril de la même année, Gustave Moreau meurt et l’atelier est repris par Fernand Cormon qui délivre un enseignement très académique. Charles Camoin et ses nouveaux amis décident de quitter cet atelier pour s’inscrire dans un atelier libre, l’Académie Camillo.
En 1900, Charles Camoin effectue son service militaire à Arles où il s’imprègne de l’œuvre de Van Gogh. Il s’installe à Aix-en-Provence en 1902 et se lie d’amitié avec Cézanne. De retour à Paris en 1903, il est remarqué par la critique au Salon des Indépendants et au Salon d’Automne où il expose. En 1905, il est fait partie des artistes fauves exposés au Salon d’Automne. S’en suivent de nombreuses expositions dont celle de l’Armory Show à New-York en 1913.
Les premières œuvres de Charles Camoin sont caractérisées par l’école provençale avec ses couleurs vives et une touche marquée. Avec le temps, son travail devient de plus en plus tempéré.


Comment enchérir?

S’enregistrer

Pour pouvoir placer des enchères il faut vous créer compte en cliquant sur « Enregistrer vous pour enchérir », ce qui est très facile et ne dure que quelques minutes.

On vous demandera vos coordonnées complètes ainsi que vos références bancaires.

Enchérir

Une fois connecté, enchérir est très simple. Il suffit de placer dans la case prévue votre enchère maximum. Notre logiciel se chargera d’enchérir pour votre compte jusqu'à ce montant qui ne pourra pas être dépassé.

Si un autre enchérisseur dépasse votre enchère maximum, vous en êtes averti par mail.

Une fois votre enchère maximum validée, vous ne pourrez plus la modifier sauf à en mettre une supérieure.

Au terme du décompte du temps d’enchères, vous êtes adjudicataire si aucun autre enchérisseur n’a mis une enchère maximum supérieure à la votre.

Suivre ses enchères

Vous retrouvez dans votre compte, un tableau de bord, ou vous pourrez suivre l’état de vos enchères et de vos favoris.

Des questions ?Contactez-nous

Par téléphone
01 47 27 93 29

En ligne avec notre formulaire de contact