BELLMER Hans

Hans Bellmer est un artiste allemand né en 1902 et décédé en 1975. Il est connu pour sa peinture mais aussi ses sculptures, ses dessins et ses estampes. Le portrait est l’un des sujets qu’il traite le plus. Il étudie tout d’abord le graphisme publicitaire et le dessin technique à l’Ecole Polytechnique de Berlin de 1922 à 1924, ce qui le marquera dans la pureté du trait et la sureté de la main. Il est ensuite influencé par les artistes dada allemands. En 1926 il se rend à Paris et y découvre l’œuvre de Pascin puis il s’établit à Berlin comme dessinateur publicitaire. Il voyage ensuite en Italie, en Tunisie et en Alsace où il est profondément marqué par le retable d’Issenheim. En 1933, il se lance dans la sculpture, sa première œuvre sculptée, intitulée La Poupée, lui prendra plusieurs années de travail. Cette sculpture est un mannequin modulable et en 1934 les surréalistes reçoivent de Berlin les premières photos de cette « mineure articulée » (c’est ainsi que l’appelle Bellmer). Ces derniers la publient dans le numéro 6 du Minotaure en 1935. En 1937, il fuit l’Allemagne nazie, s’installe à Paris et devient proche des surréalistes. Il délaisse la peinture et se consacre à l’illustration et l’estampe. L’érotisme est son sujet de prédilection, il réalise également de nombreux portraits comme celui d’André Breton. En 1939, il est emprisonné pendant 1 an en tant qu’ennemi, au camp des Milles dans le sud de la France. Il participe, en 1947, à l’exposition surréaliste de la Galerie Maeght. L’année suivante, il réalise une série de gouaches pour Les Paradis Artificiels de Baudelaire. A cette période, il rencontre un important succès. Il illustre ensuite Madame Edwarda de Georges Bataille, puis Les Marionnettes de Heinrich Von Kleist en 1969. Selon Bellmer, l’érotisme met en cause la réalité et crée une confusion entre les célébrations sauvages du sexe et les rituels initiatiques. L’artiste fait du sexe l’œil de la connaissance des profondeurs et de l’ombre, l’initiateur du chemin de l’absence de soi, l’inventeur de la fascination de la mort.

« Retour