TURKI Yahia

Le « père de la peinture tunisienne » Né à Istanbul, celui que l’on désigne souvent comme le « père de la peinture tunisienne » a suivi une formation au Centre d’enseignement d’art de Tunis (qui deviendra plus tard l’école des Beaux-Arts de Tunis). À Tunis, il rencontre Georges Le Mare. Fort de ses premiers succès au Salon Tunisien de 1926, il obtient des bourses qui lui permettent de partir en 1927 pour Paris où il fréquente notamment Albert Marquet et Lucien Mainssieux. En 1928, il participe à l’exposition de la Société coloniale des Artistes français et au Salon des Indépendants. De retour en Tunisie, il expose des scènes parisiennes. En 1947, il rejoint Corpora, Lellouche, Boucherle, Levy pour former le groupe des Dix avec Zoubeir Turki, Ali Bellagha, Edgard Naccache, Abdelaziz Gorgi, Jellal Ben Abdallah, Safia Farhat, Ammar Farhat. Il s’intéresse surtout à des thèmes d’inspiration populaire et en rapport avec la culture traditionnelle valorisée par ce mouvement qui engage un renouveau de la peinture tunisienne en rupture avec les modèles coloniaux. Il succède à Boucherle à la présidence de l’école de Tunis fondée en 1949 et devient également vice-président du Salon tunisien.

« Retour