LHOTE André

Peintre français, André Lhote est né en 1885 et décédé en 1962. Il est connu pour ses sujets de sports, ses nus, ses portraits, ses paysages, ses marines et ses natures mortes. Il est également graveur et illustrateur. Il étudie tout d'abord la sculpture chez un sculpteur décorateur, puis à l'Ecole des Beaux-Arts. Spécialisée dans le bois, il se tourne vers la peinture après avoir lu les « Salons » de Diderot, le « Journal » de Delacroix et « Curiosités Esthétiques » de Baudelaire. Il admire les impressionnistes, Gauguin, et copie les maîtres tels que Rubens et Delacroix. Dès 1906, il participe aux Salons parisiens : celui des Indépendant et d'Automne, en 1907. Originaire de Bordeaux, il s'installe à Paris la même année. En 1910, il expose seul à la galerie Druet et en 1912, il participe à l'exposition de la Section d'Or : il participe aux expositions cubistes, dès 1907, il comprend la leçon de Cézanne. Lhote se comprend tout naturellement dans la fraction du mouvement cubiste qualifiée de « française ». Dès 1918, il enseigne dans différentes académies. En 1922, est fondée sa propre académie, rue d'Odessa. Il écrit plusieurs ouvrages et articles sur l'art mais son enseignement repose surtout sur ses deux traités : « Traité du Paysage » et « Traité de la Figure ». En 1958, une importante rétrospective est organisée au Musée National d'Art Moderne à Paris. Dans cette branche du cubisme à laquelle appartient Lhote, il faut compter également : La Fresnaye, Delaunay et Jacques Villon, sans oublier leur descendance qui compte des élèves de Lhote : Pignon, Singier, Manessier, etc. Parmi ses œuvres majeures, on compte : Dimanche (1910), Escale (1913), Jugement de Pâris (1913), Le Marin à l’accordéon (1920), La Plage (1922), Rugby (1924) ou encore Léda (1930).

« Retour