URCULO FERNANDEZ Eduardo

Eduardo Úrculo est un artiste espagnol né en 1938 et décédé en 2003. Il est connu pour sa peinture, ses sculptures et est considéré comme la figure de proue du Pop Art espagnol après être passé par une peinture expressionniste, cubiste et néo-cubiste. Originaire du Pays Basque, lui et sa famille souffrent beaucoup durant la Guerre Civile Espagnole. En 1948, il intègre l’Instituto de Enseñanza Media, où il développe un intérêt prononcé pour le dessin, alors influencé par Lautrec, Van Gogh ou encore Modigliani. Pour des raisons de santé, il interrompt ses études. Il met cette période à profit pour peindre et expose ensuite pour la première fois en 1957 à La Felguera. A cette période, il commence à réaliser des illustrations de comics policiers. Il intègre ensuite les Beaux-Arts de Madrid puis l’Escuela Nacional de Artes Gráficas. Ses dessins d’alors sont aujourd’hui considérés comme de l’expressionnisme social. L’œuvre de jeunesse d’Úrculo est influencé par le travail de Goya, surtout dans ses dessins. En 1958, il part pour Paris, étudier à l’Académie de la Grande Chaumière. L’année suivante, il retourne en Espagne et établit son atelier à Oviedo avec l’artiste Zuco (artiste avec qui il collabore sur plusieurs projets). En 1960, il effectue son service militaire aux côtés de l’artiste surréaliste Eduardo Westerdahl. C’est à cette période qu’il explore l’abstraction. Deux ans plus tard, il retourne à Paris et revient à un style figuratif et expressionniste. En 1966, il part pour Ibiza, puis l’année suivante pour la Suède. C’est à Stockholm qu’il découvre le Pop Art anglo-saxon et ses grands noms tels que Warhol, Rauschenberg ou encore Lichtenstein. C’est un déclic dans sa carrière, les artistes pop ainsi que les grands principes de ce mouvement vont l’influencer de manière très importante. Entreprenant de nombreux voyages dans les années 1970, il s’intéresse de près au Nu en peinture mais également en sculpture. Le Nu est un sujet qu’il traite de manière érotique, provocante et monumentale, avec des sculptures de plusieurs mètres de haut. C’est en 1984, que l’artiste réalise son premier bronze. Il en réalise de nombreux autres dans les années 1990, le plus célèbre étant El Viajero (Le Voyageur) se trouvant sur une place publique dans le centre-ville d’Oviedo. Ensuite Úrculo revient à un style cubiste, très influencé par Juan Gris. A cette période, il réalise surtout des natures mortes. A la fin des années 1990, son art est influencé par celui de l’Extrême-Orient, et surtout par l’iconographie japonaise. Dans ses dernières années, il expose à la Fondation Marcelino Botin et à la Galerie Teresa en 2000. Au delà de l’Espagne, il expose à de nombreuses occasions en France, en Allemagne, aux USA, et à Cuba. Úrculo décède en 2003 d’une crise cardiaque.

« Retour