CHU Teh-Chun

« Tendu et fluctuant, ce tracé, conducteur de la parole et de l’image, allume la couleur et la travaille dans sa texture sonore, opérant la mise à jour d’une lecture intérieure aux inflexions majestueuses et vives, ponctuée de silence, d’abîmes, d’ouvertures sur l’infini » ainsi Raoul Jean Molin perçoit-il la peinture de Chu Teh-Chun Chu Teh-Chun naît le 24 octobre 1920, dans la province de l'Anhui, en Chine. Sa famille, médecins de père en fils, cultive un goût pour la calligraphie et les peintures traditionnelles chinoises. En 1935, Teh-Chun entre à l'École des Beaux-Arts de Hangzhou où il y apprend la peinture occidentale. Il devient par la suite professeur d’université. Après la guerre son regard se porte sur les paysages et à l’instar des maîtres des dynasties Tang et Song il étudie le rapport entre la nature et la peinture. C’est en 1955 qu’il arrive à Paris. Très rapidement il visite le Louvre et s'inscrit à la Grande Chaumière. Il expose dans plusieurs Salons parisiens. Après avoir vu les œuvres de Nicolas de Staël, lors de la rétrospective au Musée d'Art Moderne de Paris, en 1956, il s’approche de la non-figuration et réalise un paysage abstrait présenté au Salon des Comparaisons. Du vivant du peintre des expositions personnelles ont fréquemment lieu en Chine et France mais également en Allemagne. Une salle spéciale lui est consacrée à la Biennale de Sao Paulo en 1969. Dix ans plus tard, il acquiert la nationalité française. Chu Teh-Chun n’est pas seulement applaudit et récompensé, il reçoit plusieurs honneurs : il est élu, le 17 décembre 1997 membre de l'Académie des Beaux-Arts de Paris en remplacement de Jacques Despierres. En 2001, il est promu Chevalier des Palmes académiques et nommé Chevalier de la Légion d'Honneur par le président de la République. Les historiens d’art rattachent Chu Teh-Chun de l’Ecole de Paris. Ses toiles sont abstraites mais plonge le spectateur dans un paysage onirique qui mêle la double influence de la tradition chinoise et celle de l’abstraction lyrique (Hartung et Soulages). Les toiles sont composée selon un déroulé vertical ou en frise. Les formes naissent d’une harmonie des couleurs et d’une touche évanescente. L’œuvre de l’artiste port en elle un fort ressort poétique. Cette richesse picturale est a rapprochée de Zao Wou-Ki qui fut le maître de Chu Teh-Chun.

« Retour