RODIN Auguste

Auguste RODIN nait à Paris en 1840. Il développe rapidement un goût pour le dessin. A l’âge de quatorze ans ses parents l’inscrivent à l’Ecole Impériale de Dessin alors dirigée par Lecocq. Son professeur de modelage est Jean-Baptiste Carpeaux. La formation est classique et s’inspire des codifications du XVIIIème. Rodin est fortement marqué par cet enseignement dont il conserve la science du relief et le goût des formes souples. Il travail sans relâche jusqu’à ses dix-huit ans. Il se présente alors trois fois au concours d’entrée de l’Ecole des Beaux-Arts mais échoue chaque année. Son style était déjà plus personnel et ne correspondait plus au goût académique. Comme il lui fallait gagner sa vie, il travaille chez un ornemaniste sans abandonner ses ambitions. Par ailleurs, il entre donc dans l’atelier de Carrier-Belleuse, et devient le praticien de plusieurs sculpteurs. Après la guerre de 1870, entraîné par Antoine Van Rasbourg, il part pour la Belgique. Les deux artistes réalisent plusieurs commandes pour la ville dont les cariatides pour le Palais de la Bourse. Après cinq années passées dans la capitale belge, il rentre à Paris mais sa situation financière reste précaire, nombres de ses modèles sont détruits faute de pouvoir les faire mouler. En 1876, Auguste Rodin entreprend un premier voyage en Italie où il s’émerveille du travail de Donatello et, surtout, de celui de Michel-Ange. L’Homme qui s’éveille à la Nature, présenté au Salon de 1877, en plus d’être une des premières œuvres conservées de l’artiste, témoigne de ces influences. Le voyage italien est complété l’année suivante par un cheminement à travers la France ; l’artiste s’arrête sur les sculptures gothiques qu’il étudiera toute sa vie durant. Autour de 1880, pour s’assurer un revenu régulier, il entre à la Manufacture de Sèvres où il réalise des décors sur céramique. C’est avec son exposition personnelle place de l’Alma lors de l’Exposition Universelle de 1900 qu’il acquiert la reconnaissance du public. Le Musée Rodin ouvre dans l’hôtel Biron, construit par Gabriel, ouvre en 1918, l’année suivant le décès de l’artiste.

« Retour