MAGRITTE Rene

René Magritte est né en Belgique dans le Hainaut en 1898 et décédé en 1967. Il fréquente l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles de 1916 à 1918 où il rencontre Victor Servanckx et Pierre-Louis Flouquet. Magritte est d’abord employé dans une usine de papier peint comme dessinateur, ne consacrant alors à la peinture que son temps libre. Il quitte cet emploi en 1923 et se consacre à la réalisation d’affiches et de dessins publicitaires. L’année suivante il participe aux activités du groupe surréaliste belge avec Marcel Lecomte, Camille Goemans et E.L.T. Mesens. Trois ans plus tard il rejoint le groupe parisien d’André Breton. C’est en 1926, soutenu par la galerie Le Centaure à Bruxelles, qu’il peut se consacrer exclusivement à la peinture. Il partage alors sa carrière entre la Belgique, la France et l’Angleterre. En 1947, Louis Scutenaire lui consacre une monographie. 1961, André Breton écrit pour la première fois sur Magritte à l’occasion d’une exposition à Londres. Les premières œuvres de Magritte se situent dans la veine futuriste, abstraite. C’est lorsque il découvre l’œuvre de De Chirico qu’il s’attache à la représentation naturaliste des objets-motifs qu’il utilise dans ses compositions. L’œuvre de Magritte est une peinture de l’absurde ou de l’invraisemblable dans laquelle l’humour noir occupe une place importante.

« Retour