GALLÉ Emile

Après voyagé dans sa jeunesse et s'être formé à Weimar et Meisenthal, Émile Gallé reprend le commerce de faïence et verrerie de son père en 1877. Déjà remarqué lors des expositions universelle de 1867 à Paris et à l'Exposition universelle et internationale de 1872 à Lyon, il est récompensé pour ses créations en céramique, verrerie et ébénisterie à l'Exposition universelle de 1889 où il reçoit une médaille d'or pour ses modèles en verre. Il développe de nouvelles techniques dans ce domaine et ses recherches aboutissent au dépôt de deux brevets sur des procédés de décoration et patine sur cristal et marqueterie de verres et cristaux. Passionné de botanique, il fait de la nature son inspiration principale pour ses créations. Il s'inspire également des productions de régions lointaines comme la Syrie, Venise. L'art japonais le passionne également et cela rejoint son goût pour la botanique. Intérêt qui s'étend à l'entomologie à partir de 1900. Engagé, il conçoit des objets liés à l'actualité comme la question de l'Alsace-Lorraine ou l'affaire Dreyfus. Avec son ami Victor Prouvé, il commence à créer des meubles pour présenter ses verres et céramiques, créations qui deviennent un pan à part entière de son oeuvre. Il fonde l'École de Nancy en 1901 en compagnie de Daum, Majorelle, Vallin; école qui donne le ton dans le mouvement de l'Art nouveau.

« Retour