JAMPIJINPA Jimmy Robertson

Jimmy Robertson Jampijinpa est né en 1944 à Makarunga près de Chilla Well dans la région du désert de Tanami.. Il s’est affirmé comme l’un des peintres majeurs de Lajamanu dès 1986. Il est également musicien et à partir de 1986, il commence à peindre sur toile, mais n'utilise l'acrylique que tardivement. Son oeuvre incarne l'héritage graphique aborigène de ses ancêtres qui dessinaient et peignaient sur le sol et où la symbolique du temps et de l'espace étaient des enjeux majeurs. Le pointillisme que Jimmy Robertson Jampijinpa utilise n'est pas une invention moderne mais un héritage millénaire qui représente les relations que l'homme entretient avec son environnement naturel. Son travail évoque l'histoire de ses ancêtres et les évènements de pluie et de feu, il représente également le Rêve des fourmis volantes (Pamapardu), le Rêve de l'eau, des graines, et le rêve des deux chiens (Malikijarra). Il se rend en France et réalise une fresque rituelle sur sable, longue de 10 mètres pour le Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris. Cette oeuvre fut réalisée en collaboration avec 11 artistes de Lajamanu. Il se rend de nouveau en France en 2001, pour un colloque à l'UNESCO où il y expose son travail. Il expose également à Melbourne, à Grenoble, en Californie et en Allemagne. Aujourd'hui, il est un des artistes de la communauté de Lajamanu les plus recherchés par les collectionneurs et ses œuvres font partie de nombreuses collections, notamment la National Gallery of Victoria (Australie), la Galerie de l'Art de l'Ouest (Perth), la Fondation Kelton à Santa Monica (USA), ou encore le Musée du Quai Branly à Paris.

« Retour