LEGER Fernand

Fernand Léger est un artiste français né en 1881 et décédé en 1955. Il est connu pour sa peinture, ses vitraux, sa céramique, ses dessins et illustrations. Il commence sa carrière en tant que dessinateur chez un architecte. Il étudie aux Arts Décoratifs, à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris dans l'atelier de Léon Gérome et Ferrier, ainsi qu'à l'Académie Julian. En 1908-1909, il s'installe à la Ruche où il se lie d'amitié avec Archipenko, Chagall, Laurens, , Lipchitz, Soutine, Delaunay et Blaise Cendrars. En 1909, il rencontre Henri Rousseau. En 1910, le marchand Kanhweiler s'intéresse à son travail et lui propose un contrat qu'il accepte. En 1911, il rejoint le groupe de Puteaux où fut conçue la Section d'or. Il fréquente alors Vuillon, Delaunay, Gleizes, Picabia et Kupka. Il participe à la Première Guerre Mondiale, puis gazé, il est démobilisé. En 1920, il rencontre Le Corbusier puis se lie d'amitié avec Van Doesburg et Mondrian. En 1924, il fonde avec Ozenfant, un atelier libre, l'académie moderne où il enseigne avec Marie Laurencin et Alexandra Exter, faisant connaître les théories du purisme. L'année suivante, il réalise les peintures murales pour le pavillon de l'Esprit nouveau de Le Corbusier. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, il s'installe aux USA où il est professeur à l'Université de Yale. Il y fréquente Masson, Tanguy, Breton, Ernst, Chagall, Mondrian, Ozenfant et Zadkine, eux aussi exilés. Il revient en France en 1945, et s'inscrit au parti communiste. Ses premières œuvres sont d'influence impressionniste, puis il s'intéresse au cubisme, décomposant les formes en cônes et cylindres, s'attachant à multiplier les points de vue. Il s'intéresse également au futurisme exaltant la machine et la vitesse. Puis il frôle l'abstraction dans des constructions plastiques rigoureuses où les plans géométriques dominent. Ses contrastes sont dynamiques. Il en vient ensuite à des sujets plus réels où il réintroduit la figure humaine, et notamment la femme ronde. Dès 1945, il travaille en aplats de couleurs et se consacre à des sujets sociaux. De 1908 jusqu'à sa mort, il participe à de très nombreuses expositions comme au Salon d'Automne, au Salon des Indépendants, à Moscou, à l'Armory Show, au Petit Palais, à la Biennale de Sao Paulo, ou encore à la Dokumenta de Kassel. Après sa mort en 1955, il est exposé à travers le monde, dans les plus grands musées comme la Tate Gallery de Londres, Le Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, le MOMA de New York, l'Art Institute de Chicago, le Kunsthaus de Zurich, le Grand Palais, le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, le Museum of Art de San Francisco, le Stedelijk d'Amsterdam, etc...

« Retour