Lot 56

SAINTE-BEUVE (Charles Augustin)

SAINTE-BEUVE (Charles Augustin) - 1804-1869. Important ensemble de 27 L.A.S. :
- sl, 11 août 1868, 3 pp. in-8, à M. de Lescure auprès de M. Rouher (d'après une note manuscrite), non signée. Belle lettre sur la situation politique du Second Empire : ""[…] Dites bien à votre ministre que si l'on n'y prend garde et au plus tôt les choses s'en vont, se dissolvent et que tout sera ensuite à la merci du premier évènement. Ne branlez point la tête, ne souriez pas et ne faites pas le rassuré : tous les pouvoirs qui sont tombés ont fait ainsi jusqu'à la veille et au matin même de leur chute. L'Empire est bien malade. Comme je l'aime et que je suis dedans, vous pouvez croire que je ne suis pas des derniers à en souffrir. […] Pourquoi ne pas déclarer franchement un ministère constitutionnel […] Et avec cela qu'on renouvelle vite une Chambre usée & qui n'a plus que par de vagues soubressauts le sentiment du courant de l'opinion publique. […]""
- Paris, 2 février 1866, 1 p. in-8 (adressée certainement à l'historien Régis de Chantelauze, 1821-1888, cf. lettre suivante). S'enquiert de la publication prochaine de la Correspondance du Cardinal de Retz à son envoyé à Rome.
- sl, 12 juillet 1866, 2 pp. ½ in-8 (adressée, selon une mention manuscrite postérieure au crayon, à Régis de Chantelauze), sur la copie d'une lettre du cardinal de Retz, sur la réimpression d'un de ses ouvrages et sur la fin de la vie de Retz.
- sl, 3 septembre 1866, 1 p. in-8 (adressée très certainement au même) : ""Cher Monsieur et Ami, Je prends part à vos anxiétés. […] Je n'en suis pas encore à mon troisième volume. Tout ce qui me viendra de vous, étant le résumé des recherches de l'homme qui en sait le plus long sur ce sujet, me sera toujours suffisant et donnera au lecteur la patience d'attendre […]""
- sl, 3 novembre 1867, 2 pp. in-8, conteste un état des lieux.
- Paris, 16 mars 1868, 2 pp. 1/3 in-8, adressée à Mme Lacène (d'après une note manuscrite), belle-sœur de l'écrivain et homme politique Camille Jordan (1771-1821) dans la maison de laquelle ce dernier aimait à se réfugier (à Ecully). Il s'excuse d'avoir contrarié malgré lui sa destinataire et se justifie : ""[…] Je voudrais pouvoir avoir l'honneur de vous expliquer, en causant avec vous, ce que c'est qu'un littérateur : c'est un curieux, madame, et qui ne songe (s'il n'y prend garde) qu'à ses lecteurs. M'occupant de Camille Jordan, je voulais ne pas m'en tenir à son rôle public & le faire revivre tel que ses amis l'ont connu dans l'habitude de chaque jour. […] J'ain interrogé, coup sur coup mon ami M. de Chantelauze ; car j'ai eu bien peu l'honneur de correspondre avec M. de Gravillon. […] Je ne me consolerais pas d'avoir fait passer le moindre nuage à l'horizon de ce gracieux vallon d'Ecully. […]""
- sl, 26 avril 1868, 2 pp. in-8, à son voisin : ""Je ne sais d'où vient cette idée d'un ventilateur. Cela ressemble à une invtion des maçons qui ne demandent qu'à faire des frais. […]""
- sl, 23 avril 1868, 2 pp. in-12, à un ami sur l'éloge de l'oncle de ce dernier par Sauzet, se terminant par une sévère critique du style de Sauzet.
- sl, 26 juin 1868, 2 pp. in-12 (non signée), critique la lettre-mémoire envoyée par son destinataire.
- sl, 28 février 1868, 1 p. in-12, à [Paul?] Vergnes, demande des nouvelles de sa santé, prévoit de lui rendre 3000 fr. et demande si son mémoire est fini et envoyé.
- sl 25 avril 1867, 1 p. in-12, à un ami : ""J'écris à Ricord pour qu'il vienne mardi matin (9 heures) pour la grande exploration. […] Veuillez quand vous viendrez ne pas oublier de vous faire payer ce dernier achat de sondes.""
- sl, 18 avril 1867, 2 pp. in-12, à un ami : ""[…] J'use de la plus forte sonde n°16 sans trop de difficulté. Nous pourrions passer au calibre supérieur de manière à n'avoir plus de difficulté pour l'exploration par la sonde d'argent. […]""
- sl 26 janvier 1868, 2 pp. in-12, à un ami : ""[…] J'avais vu le brave M. Delhasse & lui avait dit de faire à son gré La vieillesse & la maladie rendent appar

Estimation : -

fin de l'enchère le 23 novembre à 14h 55mn 00s

Vente terminée

  • Informations détaillées
  • L'auteur
  • Comment enchérir ?

SAINTE-BEUVE (Charles Augustin)

SAINTE-BEUVE (Charles Augustin) - 1804-1869. Important ensemble de 27 L.A.S. :
- sl, 11 août 1868, 3 pp. in-8, à M. de Lescure auprès de M. Rouher (d'après une note manuscrite), non signée. Belle lettre sur la situation politique du Second Empire : ""[…] Dites bien à votre ministre que si l'on n'y prend garde et au plus tôt les choses s'en vont, se dissolvent et que tout sera ensuite à la merci du premier évènement. Ne branlez point la tête, ne souriez pas et ne faites pas le rassuré : tous les pouvoirs qui sont tombés ont fait ainsi jusqu'à la veille et au matin même de leur chute. L'Empire est bien malade. Comme je l'aime et que je suis dedans, vous pouvez croire que je ne suis pas des derniers à en souffrir. […] Pourquoi ne pas déclarer franchement un ministère constitutionnel […] Et avec cela qu'on renouvelle vite une Chambre usée & qui n'a plus que par de vagues soubressauts le sentiment du courant de l'opinion publique. […]""
- Paris, 2 février 1866, 1 p. in-8 (adressée certainement à l'historien Régis de Chantelauze, 1821-1888, cf. lettre suivante). S'enquiert de la publication prochaine de la Correspondance du Cardinal de Retz à son envoyé à Rome.
- sl, 12 juillet 1866, 2 pp. ½ in-8 (adressée, selon une mention manuscrite postérieure au crayon, à Régis de Chantelauze), sur la copie d'une lettre du cardinal de Retz, sur la réimpression d'un de ses ouvrages et sur la fin de la vie de Retz.
- sl, 3 septembre 1866, 1 p. in-8 (adressée très certainement au même) : ""Cher Monsieur et Ami, Je prends part à vos anxiétés. […] Je n'en suis pas encore à mon troisième volume. Tout ce qui me viendra de vous, étant le résumé des recherches de l'homme qui en sait le plus long sur ce sujet, me sera toujours suffisant et donnera au lecteur la patience d'attendre […]""
- sl, 3 novembre 1867, 2 pp. in-8, conteste un état des lieux.
- Paris, 16 mars 1868, 2 pp. 1/3 in-8, adressée à Mme Lacène (d'après une note manuscrite), belle-sœur de l'écrivain et homme politique Camille Jordan (1771-1821) dans la maison de laquelle ce dernier aimait à se réfugier (à Ecully). Il s'excuse d'avoir contrarié malgré lui sa destinataire et se justifie : ""[…] Je voudrais pouvoir avoir l'honneur de vous expliquer, en causant avec vous, ce que c'est qu'un littérateur : c'est un curieux, madame, et qui ne songe (s'il n'y prend garde) qu'à ses lecteurs. M'occupant de Camille Jordan, je voulais ne pas m'en tenir à son rôle public & le faire revivre tel que ses amis l'ont connu dans l'habitude de chaque jour. […] J'ain interrogé, coup sur coup mon ami M. de Chantelauze ; car j'ai eu bien peu l'honneur de correspondre avec M. de Gravillon. […] Je ne me consolerais pas d'avoir fait passer le moindre nuage à l'horizon de ce gracieux vallon d'Ecully. […]""
- sl, 26 avril 1868, 2 pp. in-8, à son voisin : ""Je ne sais d'où vient cette idée d'un ventilateur. Cela ressemble à une invtion des maçons qui ne demandent qu'à faire des frais. […]""
- sl, 23 avril 1868, 2 pp. in-12, à un ami sur l'éloge de l'oncle de ce dernier par Sauzet, se terminant par une sévère critique du style de Sauzet.
- sl, 26 juin 1868, 2 pp. in-12 (non signée), critique la lettre-mémoire envoyée par son destinataire.
- sl, 28 février 1868, 1 p. in-12, à [Paul?] Vergnes, demande des nouvelles de sa santé, prévoit de lui rendre 3000 fr. et demande si son mémoire est fini et envoyé.
- sl 25 avril 1867, 1 p. in-12, à un ami : ""J'écris à Ricord pour qu'il vienne mardi matin (9 heures) pour la grande exploration. […] Veuillez quand vous viendrez ne pas oublier de vous faire payer ce dernier achat de sondes.""
- sl, 18 avril 1867, 2 pp. in-12, à un ami : ""[…] J'use de la plus forte sonde n°16 sans trop de difficulté. Nous pourrions passer au calibre supérieur de manière à n'avoir plus de difficulté pour l'exploration par la sonde d'argent. […]""
- sl 26 janvier 1868, 2 pp. in-12, à un ami : ""[…] J'avais vu le brave M. Delhasse & lui avait dit de faire à son gré La vieillesse & la maladie rendent appar

Estimation : -


Comment enchérir?

 

S’enregistrer

Pour pouvoir placer des enchères il faut vous créer compte en cliquant sur « Enregistrer vous pour enchérir », ce qui est très facile et ne dure que quelques minutes.

On vous demandera vos coordonnées complètes ainsi que vos références bancaires.

Enchérir

Une fois connecté, enchérir est très simple. Il suffit de placer dans la case prévue votre enchère maximum. Notre logiciel se chargera d’enchérir pour votre compte jusqu'à ce montant qui ne pourra pas être dépassé.

Une fois votre enchère maximum validée, vous ne pourrez plus la modifier sauf à en mettre une supérieure.

Au terme du décompte du temps d’enchères, vous êtes adjudicataire si aucun autre enchérisseur n’a mis une enchère maximum supérieure à la votre.

Si une enchère intervient dans la ou  les derniere(s) minute(s), un temps additionnel  d’ une à trois minutes est ajouté afin de permettre aux participants de surenchérir. Sans que cela ne décale l'heure de fin des autres lots du catalogue. ( Les delais de prolongation des enchères  sont annoncés en préambule de chaque vente)

Si un autre enchérisseur dépasse votre enchère maximum, vous en êtes averti par mail.

Suivre ses enchères

Vous retrouvez dans votre compte, un tableau de bord, ou vous pourrez suivre l’état de vos enchères et de vos favoris.

A la fin de la vente vous trouverez dans votre compte, votre facture indiquant l’ensemble des lots qui vous ont été adjugés 

Des questions ?Contactez-nous

Par téléphone
01 47 27 93 29

En ligne avec notre formulaire de contact