Lot 57

Nikolai Semenovich SAMOKISH (1860-1944).

En Russie, une croyance populaire.
Aquarelle, encre et gouache sur carton, signé en bas à droite.
H. 35,5 x L. 28,5 cm.

Littérature
Illustration pour “Le Petit Parisien, supplément littéraire illustré” du dimanche 16 décembre 1900, n°619.

Historique
Nikolai Samokish a embrassé une brillante carrière de peintre et d’aquarelliste spécialisé dans les scènes de batailles. Nicolas II remarque chez lui un véritable talent pour les croquis de manoeuvres militaires, ce qui l’invite à se tourner vers l’illustration, domaine dans lequel il excellera. En 1886, Samokish quitte la Russie pour Paris, où il se forme au sein de l'atelier du célèbre peintre de batailles Edouard Detaille (1848-1912) et rencontre celle qui deviendra sa femme, Elena Petrovna Samokish-Sudkovskaya (1863-1924), célèbre illustratrice qui initie un tournant dans la production artistique de Samokish. Le couple partagent des projets à quatre mains notamment pour l'édition illustrée "Les âmes mortes "(1901) de Gogol et l'épopée en quatre volumes du médecin et anthropologue Eliseev "Autour du Monde" (1902). C’est surement aux alentours des années 1890, lors de son séjour parisien, que Nikolai Samokish s’est attelé à la réalisation de notre aquarelle, avec l’aide ou non de sa femme. Il est même envisageable que le Petit Parisien leur ai passé commande directement afin d’illustrer cet événement.

Notre oeuvre figure le peuple russe en prière, une prière destinée au tsar Nicolas II situé en arrière plan, en uniforme et dans le faisceau des rayons qui illuminent l’église. D’après le Petit Parisien, la scène est intitulée “En Russie, une croyance populaire” en référence à l’annonce de la maladie du tsar qui a suscité un grand émoi dans toute la Russie. En Octobre 1900, Nicolas II est tombé gravement malade du typhus remettant en question l’avenir du trône. Le peuple s’est rendu dans les lieux saints afin d’allumer 80 cierges. La coutume voulait qu’au bout de deux heures, le restant des cierges allumés indiquent le nombre d’années à vivre qu’il restait au tsar.

Estimation : 600 € - 800 €

fin de l'enchère le 25 mars à 13h 57mn 00s

Vente terminée

  • Informations détaillées
  • L'auteur
  • Comment enchérir ?

Nikolai Semenovich SAMOKISH (1860-1944).

En Russie, une croyance populaire.
Aquarelle, encre et gouache sur carton, signé en bas à droite.
H. 35,5 x L. 28,5 cm.

Littérature
Illustration pour “Le Petit Parisien, supplément littéraire illustré” du dimanche 16 décembre 1900, n°619.

Historique
Nikolai Samokish a embrassé une brillante carrière de peintre et d’aquarelliste spécialisé dans les scènes de batailles. Nicolas II remarque chez lui un véritable talent pour les croquis de manoeuvres militaires, ce qui l’invite à se tourner vers l’illustration, domaine dans lequel il excellera. En 1886, Samokish quitte la Russie pour Paris, où il se forme au sein de l'atelier du célèbre peintre de batailles Edouard Detaille (1848-1912) et rencontre celle qui deviendra sa femme, Elena Petrovna Samokish-Sudkovskaya (1863-1924), célèbre illustratrice qui initie un tournant dans la production artistique de Samokish. Le couple partagent des projets à quatre mains notamment pour l'édition illustrée "Les âmes mortes "(1901) de Gogol et l'épopée en quatre volumes du médecin et anthropologue Eliseev "Autour du Monde" (1902). C’est surement aux alentours des années 1890, lors de son séjour parisien, que Nikolai Samokish s’est attelé à la réalisation de notre aquarelle, avec l’aide ou non de sa femme. Il est même envisageable que le Petit Parisien leur ai passé commande directement afin d’illustrer cet événement.

Notre oeuvre figure le peuple russe en prière, une prière destinée au tsar Nicolas II situé en arrière plan, en uniforme et dans le faisceau des rayons qui illuminent l’église. D’après le Petit Parisien, la scène est intitulée “En Russie, une croyance populaire” en référence à l’annonce de la maladie du tsar qui a suscité un grand émoi dans toute la Russie. En Octobre 1900, Nicolas II est tombé gravement malade du typhus remettant en question l’avenir du trône. Le peuple s’est rendu dans les lieux saints afin d’allumer 80 cierges. La coutume voulait qu’au bout de deux heures, le restant des cierges allumés indiquent le nombre d’années à vivre qu’il restait au tsar.

Estimation : 600 € - 800 €


Comment enchérir?

 

S’enregistrer

Pour pouvoir placer des enchères il faut vous créer compte en cliquant sur « Enregistrer vous pour enchérir », ce qui est très facile et ne dure que quelques minutes.

On vous demandera vos coordonnées complètes ainsi que vos références bancaires.

Enchérir

Une fois connecté, enchérir est très simple. Il suffit de placer dans la case prévue votre enchère maximum. Notre logiciel se chargera d’enchérir pour votre compte jusqu'à ce montant qui ne pourra pas être dépassé.

Une fois votre enchère maximum validée, vous ne pourrez plus la modifier sauf à en mettre une supérieure.

Au terme du décompte du temps d’enchères, vous êtes adjudicataire si aucun autre enchérisseur n’a mis une enchère maximum supérieure à la votre.

Si une enchère intervient dans la ou  les derniere(s) minute(s), un temps additionnel  d’ une à trois minutes est ajouté afin de permettre aux participants de surenchérir. Sans que cela ne décale l'heure de fin des autres lots du catalogue. ( Les delais de prolongation des enchères  sont annoncés en préambule de chaque vente)

Si un autre enchérisseur dépasse votre enchère maximum, vous en êtes averti par mail.

Suivre ses enchères

Vous retrouvez dans votre compte, un tableau de bord, ou vous pourrez suivre l’état de vos enchères et de vos favoris.

A la fin de la vente vous trouverez dans votre compte, votre facture indiquant l’ensemble des lots qui vous ont été adjugés 

Des questions ?Contactez-nous

Par téléphone
+33 (0) 1 47 27 95 34

En ligne avec notre formulaire de contact